index
index
parrainage-inscription
parrainage-inscription

Depuis 2004, nous avons lancé le programme de parrainage d’enfants. Cette nouvelle activité de Nepal-Secours fut décidée après une étude précise. Comment réaliser un programme qui permettrait à des personnes en Belgique de suivre activement des enfants au Népal et de les connaître réellement sans les avoir nécessairement visités ?


La réponse fut la naissance de ce programme qui, au cours des années successives, a pris peu à peu de l’ampleur et qui est aujourd’hui une de nos activités bien rodée, bien connue au Népal et pour laquelle on compte sur nous plus que jamais… et donc sur vous !


En 2003 et en 2004, guidés par notre comité népalais, nous avons visité un nombre impressionnant de familles pauvres et posé un diagnostic sur leurs situations, toutes un peu particulières : état de santé des membres de la famille, état de l’habitation, alimentation, habillement, scolarité, composition de la famille, revenus. Des priorités s’imposaient pour choisir les plus nécessiteux et il fut aisé de choisir les premiers bénéficiaires du programme de parrainage.


La misère la plus dure est particulièrement installée quand la pauvreté est présente dans la famille depuis plusieurs générations, quand aucun patrimoine, - même pas un petit lopin de terre à cultiver -, n’a pu être constitué. Et il faut dire que cette situation concerne la majorité des habitants de ce pays. La pauvreté est présente de manière très crue également quand les grands-parents sont à charge de la famille, quand la fratrie est très nombreuse, quand un enfant est handicapé, quand un parent est handicapé et ne peut ainsi plus travailler normalement. La santé déficiente est malheureusement très présente au Népal où la mortalité infantile est très importante, où l’hygiène est très peu présente, faute d’eau courante, de structures d’accueil pour les soins de santé, faute d’argent tout simplement pour pouvoir aller consulter un médecin en ville et se faire soigner.


Ainsi, les premières familles choisies pour le parrainage étaient celles qui, dans la région, étaient des familles très nombreuses, où les parents n’avaient pas de travail ou ne pouvaient pas travailler suite à de gros handicaps ou de gros problèmes de santé.


Au bout de quelques années d’expérience, nous pouvons tirer des conclusions positives de cette expérience, et le fait d’en tirer ces conclusions est un encouragement positif à poursuivre de longues années encore.


Mieux nourris, mieux logés, mieux habillés, nous avons vu les enfants plus motivés pour aller à l’école et pour faire leurs devoirs à la maison. Ils obtiennent de beaux résultats scolaires et leurs professeurs en sont satisfaits. Ils pourront ainsi aller plus loin dans leur scolarité, ne pas se limiter à l’école primaire mais prolonger vers le secondaire voire même une école secondaire ou une formation professionnelle. C’est extrêmement encourageant.


Quant aux parents, nous passons avec eux un « contrat moral ». Nous estimons qu’il est nécessaire qu’ils fassent leur part du chemin en échange de l’aide que nous leur fournissons. Ainsi, nous les incitons à économiser pour pouvoir, plus tard, offrir des études supérieures à leurs enfants, offrir une dot pour le mariage de leur(s) fille(s), s’acheter des poules, des chèvres, un buffle qui donnera du lait et des petits. Bref, chacun de son côté fait des efforts pour que l’opération marche bien. Il ne s’agit pas pour la famille de « se reposer » sur le parrainage, mais de le considérer comme un marchepied pour redonner à la famille un élan inespéré.

  

De notre côté, pour que le parrainage ait un impact réel dans la famille, dès qu’un enfant a trouvé un parrain, Nepal-Secours prend en charge le reste de la fratrie. Nepal-Secours se retire au fur et à mesure que d’autres parrains se proposent, mais au moins, depuis le début, l’aide est vraiment significative et non pas diluée.


Les parrains ont la possibilité de communiquer avec les enfants en direct (par la poste) ou par notre intermédiaire (nous déposons nous-mêmes vos colis, lettres et photos au Népal, l’avantage étant que nous traduisons vos lettres aux enfants). En cours de parrainage, le parrain ou la marraine recevra des photos ou des vidéos de son ou de sa filleul(e), ainsi que des courriers, des dessins, des nouvelles.

Et si vous en avez l’envie, vous pouvez toujours nous rejoindre au Népal. La famille de votre filleul(e) vous accueillera avec joie, des milliers de remerciements et des tonnes de reconnaissance !


Il est à noter, et c’est un point important pour tout donateur, que les dons effectués dans le cadre du parrainage sont des dons qui donnent également lieu à une réduction d’impôts. Par année civile, vous recevez donc de notre part une attestation à joindre à votre déclaration de revenus.

Témoignage de parrains et marraines


« J’avais déjà parrainé un enfant en 1998 en Inde, mais je ne m’étais pas intéressée à connaître davantage mon filleul. J’ai versé presqu’anonymement ma contribution et finalement, je me rends compte que cela ne m’a pas apporté la satisfaction attendue. Certainement de ma faute. Lorsque, en février, j’ai lu le programme de Nepal-Secours sur Internet, j’ai décidé de recommencer l’expérience mais avec plus d’implication. J’ai décidé de renouveler l’expérience mais cette fois avec plus d’implication. J’ai déjà écrit deux fois et j’attends avec impatience le retour des dirigeants en mai pour avoir en main une lettre écrite de mon filleul. Je voudrais le rencontrer mais c’est une autre aventure. »


                                                           Chantal, de Verviers, témoignage de 2005


« Fin octobre 2001, nous arrivions au Népal sous un soleil éblouissant. La découverte de la vallée de Kathmandu nous a ravis mais les randonnées dans les zones rurales nous ont convaincus qu’une aide efficace supplémentaire serait la bienvenue. C’est pour cette raison que lorsque Nepal-Secours a lancé cette opération « parrainage personnalisé », nous avons immédiatement adhéré. Il nous permet de mieux découvrir notre filleul, sa famille et son environnement, d’échanger des photos et des lettres. Tout cela fait que nous nous sentons plus proches d’eux et ne sommes tout simplement pas des anonymes. C’était vraiment une bonne idée ! »


                                                           Anne et Maurice, de Lessines, témoignage de 2005


« Sa photo est sur notre TV et nous pensons tous les jours à notre enfant au Népal. Nous avons décidé de le soutenir jusqu’à sa vie d’adulte. Notre projet : le rencontrer en Belgique. »


                                                           Georges et Maryse, de Gand, témoignage de 2005


« Mon mari et moi avons confectionné un album photos de notre famille. Cinquante photos et une longue lettre pour nous faire connaître. En novembre dernier, notre filleul a reçu ce paquet et il nous a déjà envoyé deux lettres. Le contact est formidable. »


                                                           Daniel et Christiane, de Liège, témoignage de 2005


C'est la troisième année que nous parrainons Pusparaj !
A chaque voyage, André et Vinciane nous transmettent comme promis des photos de notre filleul, en famille, à l'école avec ses camarades, du courrier, un souvenir -cadeau plus personnel qui sera un peu de la famille népalaise dans notre foyer belge qu'il connaît, nous avons transmis en échange, une photo des nos enfants et petits-enfants.
Nous sommes très heureux que sa famille ait accepté notre aide en nous permettant de participer financièrement à l'éducation et au bien-être d'un de leurs enfants.Dans un pays qui se trouve maintenant en pleine mutation, la santé et l'éducation sont les clés d'un futur meilleur pour toute une famille !
Anne Richet - avril 2008

Cette année voyage au Népal ! Congés scolaires 'moissons' qui tombent à pique, c'est notre filleul Pusparaj qui nous a guidé en partie. 3 jours passés en visites à ses parents, visite aux nouveaux bâtiments scolaires réalisés grâce à l'aide de NEPAL SECOURS et/ou INNER WHEEL, pour ce qui concerne l'école de couture pour dames, visites touristiques à Pokhara et ses environs, randonnées et fantastiques paysages.
A Pame, en compagnie de Bindu, visite d'une famille qui a re
çu deux buffalos dont 'le mâle' reproducteur, avec pareil costauds la relève est assurée et le lait fourni sera de qualité ! Pour vous tous, nous nous faisons le relais de leur chaleureux accueil, leurs plus vifs remerciements et surtout leurs mots de la fin : 'être aidés de cette façon est formidable et donne de la confiance en l'avenir à notre jeunesse.
C'est s
ûr, nous y retournerons - ils le méritent tous !
Anne Richet novembre 2008

  

retour parrainage

retour parrainage

S'inscrire

S'inscrire