partis politiques

A lire absolument : La guerre populaire au Népal : d’où viennent les maoïstes ?

Philippe Ramirez

http://www.cairn.info/revue-herodote-2002-4-page-47.htm

Dans les années 1960 et 1970, le maoïsme gagne l'Europe, séduisant les jeunes militants communistes par ses slogans «antiautoritaires». En Belgique, en Italie, en France ou encore au Portugal naissent des mouvements se réclamant du Grand Timonier. Prenant leurs distances avec Moscou, intellectuels et étudiants se font les relais ingénus de l'expérience chinoise. Quelques années plus tard, le philosophe André Glucksmann fera son mea culpa. A la même époque, le courant s'implante au Japon, en Indonésie, en Thaïlande, en Birmanie ou encore en Inde, avec les naxalistes du Bengale. Mais c'est au Cambodge que la théorie maoïste est appliquée avec le plus de rigueur par les Khmers rouges, entre 1975 et 1979.
Les années 1980 voient l'idéologie du Petit Livre rouge s'enraciner au Pérou; le mouvement du Sentier lumineux est créé au début de la décennie par un professeur de philosophie revenant d'un séjour en Chine, Abimael Guzmán. Le révolutionnaire est arrêté en 1992. Au Népal, Prachanda «le féroce» lance son parti en 1994. Le Parti communiste népalais-maoïste (CPN-M) tient cependant plus du naxalisme indien que du stalinisme pékinois.

Le CPN-M est un mouvement né en mars 1995. Le CPN-M lança, en février 1996, la « guerre du peuple » qui sévit durant plus de 12 ans dans l'ensemble du territoire népalais. La guérilla maoïste lutte contre les services de sécurité, dont l'Armée royale népalaise, dans le but de mettre fin à la monarchie et d'instaurer une république, au régime politique communiste. Baburam Bhattarai est l'idéologue de mouvement. Le président du parti est Pushpa Dahal, dit Prachanda (« le Terrible »)

Caroline Stevan
Mardi 15 avril 2008
Mao Zedong : ses pensées ont été résumées dans Le Petit Livre rouge et nombre de guérilleros ou d'idéologues continuent à s'en inspirer. Au pouvoir de 1949 à 1976, Mao Zedong a emprunté aux fondamentaux marxistes-léninistes pour régenter la Chine. Réforme agraire - redistribution des terres, collectivisation des récoltes - et productivisme outrancier donneront le fameux «Grand Bond en avant», coupable, selon certains historiens de quelque 30 millions de morts. La «Révolution culturelle», instaurée à partir de 1966, visera, elle, à liquider les vieilles doctrines, la tradition et les opposants.

retour